Album amicorum

Peut-être avez-vous eu, enfant, un cahier d’amitié ? Chacun signait, collait une image ou un dessin. Cette tradition est ancienne et est remise en valeur grâce aux réseaux sociaux qui sont des cahiers d’amitié moderne.

 

La bibliothèque de Besançon conserve deux liber amicorum : 

 

Album amicorum du baron Auguste de Sintzendorff

 

Album amicorum d'Antoine Mouchet, de Besançon, neveu du cardinal de Granvelle, durant ses études aux Universités de Louvain, Paris et Padoue (1565-1570)


Le jeune baron Auguste de Sintzendorff étudie à Strasbourg, pendant les années 1604, 1605, 1606 et 1607, visite Bâle dans cette dernière année, passe par Besançon en février 1608 et part à Orléans dans l'automne de cette même année. Il recueille des marques de souvenir, au cours de ses pérégrinations scolaires. ​Une seule feuille blasonnée s'éloigne sensiblement de cette période : elle est en date, à Vienne, du 10 août 1635 (fol. 37).​


« Celuy qui petit à petit

Conduict ce que son cœur pense,

Allant tousjours petit à petit,

Son petit beaucoup s'avance. »

 

Le Blason est : d'azur, à trois pommes d'or reliées entre elles et formant un trèfle dans lequel s'intercalent trois feuilles d'argent rehaussées d'or ; casque de sable, lamé d'argent, à grillage d'or, posé de trois quarts ; bourrelet d'azur, d'or et d'argent ; lambrequins des trois mêmes nuances ; en cimier, deux trompes d'éléphant, l'une d'azur, l'autre d'argent et d'or, formant bras de lyre ; entre les deux trompes, couronne à l'antique sans supports, en or, avec perles dans le bandeau.

 

Au bas de la page : « Illustri et generoso Dn. Dn. Augusto baroni a Syntzendorff, hoc observantiae signum L. M. P. V. Aureliis ad Ligerim. M. Novemb. M D C VIII. Christophorus a Bismarck, march. »


L'unique souvenir daté de Besançon consiste dans « Les sentences des Sept Sages de Grèce mises en quatrains françois » (non numérisé). Cette pièce, qui occupe deux pages et demie, a été calligraphiée en caractères italiques ; les mots principaux et les initiales de chaque vers sont en or. La souscription du traducteur et écrivain est ainsi conçue : « Estienne Tinseau, D. M., très humble serviteur de M. le baron de Sintzendorff. A Besançon, en la Franche-Comté, le 4 febvrier 1608. »​


Sur le premier feuillet de garde, la signature « Ponçot » date de 1809 (feuillet non numérisé). Antoine Ponçot est originaire de Besançon ; il meurt en 1866, aide de camp du général Fririon, chef d'état-major de Masséna. Le lendemain de la bataille de Wagram (7 juillet 1809), il visite la princière abbaye de Melk et le bibliothécaire de ce monastère, lui fait cadeau de deux Album amicorum, dans lesquels il est question de personnages originaires de la Franche-Comté. A. Ponçot les donna tous deux à la Bibliothèque de Besançon.

 


Album amicorum d'Antoine Mouchet​ est un exemplaire interfolié des Emblèmes d'Alciat, en latin et françois... A Paris, chez Hiérosme de Marnef, 1561, in-12. Quarante-cinq armoiries ou représentations allégoriques sont peintes sur les feuillets intercalaires du volume, à l'aquarelle ou à la gouache, comme souvenirs offerts au possesseur par ses amis. Dedans, on trouve le blason des Granvelle avec le rappel du fondateur de la lignée Nicolas Perrenot « Nicolaus Perrenot », Publica Res Mea « Le bien public c’est moi » 


Selon Numistral, "plus de trois cents institutions allemandes conservent des livres d’amitié, constituant à ce jour le foyer de plus important de livres d’amitié en Europe. Werner Wilhelm Schnabel, professeur d’université à Erlangen, a recensé, dans son Repertorium Alborum Amicorum (R.A.A.) l’ensemble des établissements conservant ces précieux manuscrits à l’échelle du globe, soit 720 répartis dans 25 pays. Un genre largement présent à Strasbourg et en Alsace"