De David à Courbet

Chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon

 

1789-1848 : de cette période qui s'étend de la Révolution française à la Seconde République, le musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon conserve un fonds de peintures et de dessins parmi les plus riches des collections publiques françaises, comprenant des œuvres d'artistes de premier plan tels que David, Gros, Gérard, Delacroix, Ingres, Goya, Géricault et Courbet. 


Cet ensemble remarquable en qualité et en quantité demeurait néanmoins mal connu et mal identifié si on le compare à ceux, célèbres, de la Renaissance et du XVIIIe siècle. La fermeture pour rénovation du musée a permis l’organisation d’une exposition de près de soixante peintures et trente dessins en trois étapes à Rennes (4 juin – 28 août 2016), Dole (14 octobre 2016 – 19 février 2017) et Clermont-Ferrand (16 mars – 3 septembre 2017). Le choix des œuvres présentées à l’occasion de cette manifestation illustre la diversité de la création picturale à une époque où se réforment les institutions et la hiérarchie des genres.​


Goya et la tradition goyesque

Goya, Scène de cannibalisme

Commençons avec l'inclassable Goya et ses cannibales, vision de la sauvagerie des hommes dans un monde de troubles et de guerres. Du maître espagnol, c’est la veine noire, violente, étrange, le « cauchemar plein de choses inconnues » de Baudelaire qui plut à Jean Gigoux, qui possédait six peintures attribuées à Goya. 


Goya, Scène de cannibalisme

Les deux Scènes de cannibalisme (896.1.176 et 896.1.177), célèbres par leur exécution virtuose et leur sujet, dont l’horreur macabre et la violence provoquent tout autant répulsion que fascination, incarnent parfaitement le génie libre et préromantique de Goya.​


Goya (Suiveur de), La chemise sanglante de Joseph

Les quatre autres peintures léguées par Gigoux (896.1.330, 896.1.331, 896.1.342, 896.1.343), elles aussi fort violentes, et qu'il faut désormais attribuer prudemment à un « suiveur » de l'artiste, illustrent les problèmes d’attribution et de datation que posent les pastiches qui furent dispersés peu de temps après la mort de Goya en 1828.​


Goya (suiveur de) La dispute (ou Joseph descendu dans la citerne)

 

 

 


Goya (suiveur de) Femmes lisant avec un enfant (ou Dans la maison de Rachel)

 

 

 


Goya (suiveur de) La victime (ou Rachel pleurant et les frères de Joseph)

 

 

 


David et les mutations de la peinture d'histoire, 1790-1810

SUVÉE Joseph Benoît, Cornélie, mère des Gracques

Les années 1790-1810 sont en France un temps de profonde mutation politique et artistique. Alors que le règne de Louis XVI arrive à son terme et que gronde la Révolution, les arts prennent une nouvelle fois le chemin des modèles de l'Antiquité. L'épuration des formes, la domination de la ligne, la noblesse des sujets choisis et leur contenu moralisant servent un nouvel esprit patriotique que la Révolution puis le Premier Empire vont exploiter dans leurs images de propagande.


GROS Antoine Jean Baron, Une baigneuse

Grâce à la générosité de Pierre-Adrien Pâris et Jean Gigoux, le musée de Besançon conserve un ensemble remarquablement varié et complet de la production de cette période. La sévère Cornélie mère des Gracques de Suvée (D.843.1.38) est très significative des recherches plastiques les plus puristes menées autour de 1790 alors que la Baigneuse de Gros (842.4.1) en montre une vision plus vivante et naturaliste.​


DAVID Jacques-Louis, Portrait de l'abbé Henri Grégoire (1750-1831)

C'est David qui donnera son expression la plus aboutie à ce nouvel esprit classique. Entouré de nombreux élèves tels que Gros ou Gérard, il construit un style à la fois sobre et monumental qui donnera naissance à quelques-unes des images les plus puissantes de ces années troublées. David rénove la peinture d'histoire moderne avec des tableaux tels que Le Serment du Jeu de Paume, pour lequel le musée de Besançon conserve de précieuses études (896.1.64, 896.1.65,896.1.66). 


DUVIVIER Jean Bernard, Scène de Déluge

Quant au Déluge de Duvivier (D.843.1.12), il relève le paradoxe d'un temps de noblesse classique parfois teinté d'emportement et de lyrisme annonçant déjà l'esprit romantique.​​


Théodore Géricault

GÉRICAULT Théodore, Portrait d'un naufragé ou le Père

Le troisième ensemble regroupe quatre peintures et treize dessins de Théodore Géricault, qui proviennent tous (sauf un) de la collection de Jean Gigoux, formé dans sa jeunesse par le peintre Francis Conscience, un grand admirateur de Géricault. Ce fonds remarquable permet tout autant d’illustrer la grande passion de Géricault, les chevaux, que d’entrer dans l’atelier de l’artiste préparant Le Radeau de la Méduse (896.1.237). ​


Plus rares, un portrait de fantaisie, longtemps considéré comme celui de Mustapha (> l'image à la loupe), et une étonnante nature morte (> l'image à la loupe) accompagnée de deux paysages (> l'image à la loupe) permettent de montrer des pans moins connus de l’œuvre du maître.​

 


GÉRICAULT Théodore, Portrait d'homme en oriental, dit portrait de Mustapha
GÉRICAULT Théodore, Nature morte : trois pièces de gibier
GÉRICAULT Théodore, Étude de toit éclairé par le soleil

Delacroix, Chassériau, Gigoux

CHASSÉRIAU Théodore, Femme suppliante

La sensibilité de Jean Gigoux, à qui le musée de Besançon doit l'essentiel de ses chefs-d'œuvre de la première moitié du XIXe siècle, le portait naturellement vers des œuvres d'esprit romantique. Amateur inconditionnel de Géricault et de Delacroix, le peintre a réuni pour ces artistes de beaux ensembles de dessins et quelques peintures. Soulignons que du second, Gigoux ne possédait curieusement aucun tableau mais seulement de belles études dessinés. L'esprit de Delacroix se rencontre toutefois dans la poignante étude de Chassériau (896.1.44) dont la liberté d'exécution, la fougue et l’expressionnisme sont des échos directs de l'auteur du Sardanapale et de La Liberté guidant le peuple.


GIGOUX Jean François, La Mort de Cléopâtre

En tant qu'artiste-collectionneur, Gigoux était attiré par des œuvres à l'exécution rapide et visible, emportées et picturales. De Gigoux lui-même, dont Besançon conserve vingt-huit peintures, mentionnons une Cléopâtre sensuelle et lascive (896.1.411) qui répond à ce goût pour des nudités érotiques et sinueuses que l'on rencontrait alors aussi bien en peinture qu'en sculpture.​


Souvenirs d'Italie et goût du pittoresque

Cornu, Le premier pas de l'enfant

Une autre thématique que la collection de Besançon permet d’aborder est liée aux motifs nouveaux, anecdotiques, que les peintres retiennent de leurs voyages en Italie mais aussi, de plus en plus, dans les provinces françaises. L'Italie demeure une étape essentielle dans la formation des jeunes artistes mais à côté des œuvres et monuments classiques, ce sont les paysages de la campagne, les costumes, les scènes de la vie quotidienne qui fascinent les peintres dans leurs excursions.


DELAROCHE Paul, Jeune fille dans une vasque

À leur retour en France, les souvenirs du voyage dans la péninsule continuent à nourrir un imaginaire parfois nostalgique, suscitant des œuvres pittoresques (Le Premier pas de l'enfant de Cornu, disparu mais connu par l'esquisse de Besançon, 876.3.37) et d’autres plus personnelles telles que la Jeune fille dans une vasque de Delaroche (896.1.382).​


GRANET François Marius, Intérieur de boulangerie

L’œuvre de Granet, qui passe près de la moitié de sa vie d’artiste en Italie, réunit ces deux composantes, goût pour un motif presque anecdotique et interprétation personnelle, voire religieuse dans son cas. Le musée de Besançon possède un très bel ensemble de celui qu’à Paris on surnomma le « capucin » (896.1.178). Comme pour les œuvres de Géricault, celles-ci proviennent quasi exclusivement de la collection de Jean Gigoux.​


BOUHOT Etienne, Vue intérieure de cour d'immeuble à Paris, dite la Balayeuse

Le développement de la peinture de « genre anecdotique » va de pair avec le goût pour l’histoire, souvent romancée, et les vies d’artistes. La France devient également une source où l’on puise de nouveaux sujets aussi bien dans la riche diversité des provinces qu’au cœur du vieux Paris que les travaux d’Haussmann allaient bientôt faire disparaître (992.12.1) ; dans les deux cas, ce ne sont plus les vues de villes, les espaces publics prestigieux qui retiennent l’attention des artistes, mais des lieux cachés ou abandonnés.​


La peinture d'histoire de la Restauration à la Seconde République

GERARD François, Scène de massacre

Sous la Restauration, la Monarchie de Juillet et la Seconde République, la scène artistique française est d'une grande richesse aussi bien dans ses propositions plastiques que dans la variété de sa production. Quelques œuvres permettent à la fois d'illustrer des exemples correspondant à chacun des régimes politiques précités mais aussi de présenter les différentes générations d'artistes qui, autour des exemples de David, Ingres, Géricault et Delacroix, suivent des orientations stylistiques variées. L'œuvre la plus atypique et la plus spectaculaire est à n'en point douter la grande Scène de massacre de François Gérard (857.12.1), rarement montrée et restaurée à l'occasion de l’exposition. Production tardive d'un ancien élève de David, le tableau est imprégné d'un esprit romantique que son état d'inachèvement vient encore accentuer.


LANCRENON, Tobie rendant la vue à son père

De la même manière, le Tobie rendant la vue à son père de Lancrenon (D.876.2.2), élève de Girodet et premier conservateur du musée de Besançon, vient encore rappeler la continuité de l'esprit davidien sous le règne de Louis XVIII. L'apport d'Ingres est magnifiquement illustré par la Sainte Pélagie de l'un de ses meilleurs élèves, Hippolyte Flandrin (896.1.90). Cette dernière œuvre rappelle également, aux côtés des esquisses religieuses de Cornu (876.3.16), le rôle fondamental des commandes religieuses dans la carrière des artistes après la restauration de la monarchie. Citons enfin la République de Cornu (876.3.24), icône laïque, allégorie historique, qui incarne le vent de nouveauté et l'esprit révolutionnaire qui balaye ce demi-siècle si mouvementé.​


Portraits et paysages

Afin de présenter un visage complet de la production artistique de la première moitié du XIXe siècle, l'exposition réunit un choix varié et représentatif de paysages et de portraits, genres qui connaissent un important développement et une grande diversification à cette époque.


HAUDEBOURT-LESCOT Antoinette Cécile Hortense, Portrait de l'architecte Pierre Adrien Pâris

Les treize portraits sélectionnés représentent près du quart des peintures de l’exposition, c’est-à-dire environ la proportion de portraits présentés au Salon entre 1815 et 1850 (une mesure en hausse constante). Du Portrait de Pierre-Adrien Pâris de Hortense Haudebourt-Lescot (876.4.2) à l'Autoportrait de Courbet, ils couvrent toute la diversité de ce genre durant la première moitié du XIXe siècle et semblent tous motivés par des attentes différentes, des commanditaires variés et des partis pris esthétiques hétérogènes. Il faut souligner la présence de deux peintures du Britannique Lawrence (896.1.159 et 896.1.160), l’un des portraitistes les plus fameux d’Europe de son vivant, dont les œuvres exposées au Salon à Paris en 1824 et 1827 provoquèrent une grande émotion dans la communauté artistique. Plusieurs de ces effigies semblent déborder le cadre de l’exercice et tendent à se rapprocher de la tête d’expression (934.6.3) ou de la scène de genre (963.3.1). La sélection comprend deux autoportraits, du jeune Sébastien Cornu (876.3.15) et d’un peintre qui œuvra avec une énergie rare et singulière à sa propre promotion, Gustave Courbet (883.23.1).​


BÉNOUVILLE Jean Achille, Adam et Eve chassés du Paradis terrestre

La dernière section consacrée au paysage illustre un genre qui gagne en France son autonomie dans la première moitié du XIXe siècle. Comme le portrait, le paysage devient prépondérant au Salon au cours de la période, à tel point que le journal L’Artiste écrit en 1836 que le paysage « est véritablement la peinture de notre époque. » Mais contrairement aux portraits, les paysages sont achetés par l’État pour être envoyés dans les musées de province : c'est ainsi que l'Adam et Eve chassés du Paradis terrestre de Bénouville (D.842.1.1), avec lequel l'artiste concourt pour le prix du paysage historique, est envoyé à Besançon en 1842, un an avant l'ouverture du musée. Par ailleurs les études sur le motif, étape indispensable de la peinture de paysage, se multiplient avec les voyages, en Italie toujours (897.1.90) ainsi que dans les environs de Paris, les provinces françaises et les massifs montagneux (897.1.59), facilités par les progrès des transports et la multiplication des guides de voyageurs. Au milieu du siècle, Courbet développe une approche nouvelle du paysage, plus naturiste et puissante très rapidement admirée et imitée, en particulier par le Franc-Comtois Antonin Fanart. Mais nous entrons ici dans la seconde moitié de ce siècle si riche, dont le musée de Besançon conserve un fonds très riche qui méritera, à n’en pas douter, une étude spécifique.